ORDRE* MILITAIRE ET HOSPITALIER DE SAINT LAZARE DE JERUSALEM- Provence
* En France, régi selon la loi du 1er juillet 1901 sur les associations  2015, OSLJ-Provence
L’Ordre de Saint Lazare de Jérusalem en Provence
Marque déposé INPI
I - Les Chevaliers célèbres
Le Chevalier ROZE Le           25           septembre           1675           Nicolas           Roze           naît           dans           une           famille           d’armateur marseillais.   Sa   naissance   coïncide   avec   l’apogée   du   règne   du   Roi   Louis   XIV,   mais,   à   l’âge adulte,   il   vivra   les   années   les   plus   difficiles   de   ce   règne.   Les   guerres   paralysent   le   négoce. Animé    d’une    grande    admiration    pour    le    Roi    il    finance    et    prend    le    commandement    d’une compagnie à pied et d’un escadron à cheval lors de la guerre d’Espagne en 1706. Il   est   blessé   à Alicante   et   rentre   en   France   ruiné. Ayant   eu   connaissance   de   sa   fidélité   et   de   ses faits   d’armes,   le   Roi   Louis   XIV   propose   sa   réception   dans   l’Ordre   Militaire   et   Hospitalier   de Saint-Lazare   de   Jérusalem   en   1707.   Le   Chevalier   Roze   est   un   des   premiers   chevaliers   de   grâce magistrale,   celle-ci   exemptant   de   preuve   de   noblesse.   Il   dirigera,   par   la   suite,   la   commanderie de Marseille dont l’activité principale était le rachat des esclaves barbaresques. Ayant   repris   ses   activités,   notamment   au   sein   de   la   Chambre   de   Commerce   de   Marseille,   il   se trouve   confronté   en   1720   à   une   terrible   épidémie   de   peste.   Le   25   mai   un   navire   provenant   de Syrie,   « Le   Grand   Saint-Antoine »,   propage   la   maladie.   Fin   juin   le   mal   limité   aux   infirmeries   se répand   en   ville.   Rapidement   l’anarchie   s’instaure   alors   que   plus   de   mille   personnes   meurent   par jour. Le   Chevalier   Roze   prend   les   opérations   en   main.   Il   organise   tout   d’abord   son   quartier :   il transforme   la   corderie   en   hôpital   puis   s’occupe   de   l’approvisionnement   en   vivres,   se déplaçant   constamment   en   se   protégeant   seulement d’un     mouchoir     imbibé     d’huile.     Mandaté     par     les échevins     (responsables     municipaux)     il     organise l’ensemble   de   la   ville,   faisant   enterrer   les   cadavres, orientant    les    médecins,    calmant    les    malades.    La troupe   et   les   forçats   sont   mis   à   sa   disposition,   une grande    partie    meurt    à    ses    côtés.    Tout    l’été    le Chevalier    Roze    mène    son    action    sans    relâche, épuisé   il   a   la   joie   de   constater   le   repli   de   la   contagion à la fin du mois de septembre. Pour    les    Marseillais,    Nicolas    Roze,    Chevalier    de Saint-Lazare,   est   à   tout   jamais      le   grand   sauveur   de la peste aux côtés de Mgr de Belsunce, l’Evêque de Marseille. Le Commandeur Joseph-Bernard Marquis de CHABERT 1 Vice-amiral   de   la   Marine   Royale,   chevalier   de   Saint-Louis,   membre   de   l’Académie   Royale   des Sciences de Paris, de Londres et de Berlin, et de l’Institut de Bologne. Né   le   28   février   1724,   et   baptisé   le   13   mars   suivant   en   la   cathédrale   de   Toulon.   En   1740,   il   fit   la campagne   de   Saint-Domingue   comme   volontaire   sur   le   vaisseau   “le   Tigre”.   En   1741,   il   obtient une   place   de   garde   de   la   marine   au   département   de   Toulon   et   s’embarqua   sur   le   vaisseau   “Le Léopard”.   Entre   1742   et   1743,   il   fit   la   guerre   contre   les   tunisiens.   En   1744,   il   s’embarque   sur   “le diamant”,   et   se   trouve   au   combat   devant   Toulon.   Il   passe   ensuite   sur   le   vaisseau   “le   Trident”   qui croise   au   canal   de   Malte   et   devant   les   côtes   d’Espagne   avant   d’atteindre   la   Martinique.   En 1745,,   il   revient   à   Brest.   En   1746,   nommé   sous-brigadier   des   Gardes   de   la   Marine,   il   fit   cette année-là   deux   campagnes   en   Amérique   septentrionale,   la   première   sur   la   frégate   “le   Castor”   et la seconde sur “la Sirène”. En   1747,   il   reprend   la   mer sur   la   frégate   “l’Emeraude”   où   il   seconde   le   chevalier   de Saliès.   A   l’occasion   d’un   combat,   il   donne   des   preuves de   sa   bravoure   dont   monsieur   de   La   Jonquière   rendit   à la   Cour   les   plus   avantageux   témoignages.   En   1748,   il est   fait   enseigne   de   vaisseau.   Il   présente   à   l’Académie Royale    des    Sciences    de    Paris    son    premier    ouvrage astronomique   sur   la   longitude   de   Buenos-Aires   dans   le Paraguay. En   1750,   il   partit   faire   des   observations   géométriques   et astronomiques   sur   les   côtes   d’une   partie   de   l’Amérique septentrionale.   Il   créera   un   observatoire   au   Canada.   Il arma   successivement   deux   bâtiments   qu’il   commanda. Il   présenta   à   sa   majorité   un   livre   dont   l’Académie   rendit un   jugement   aussi   avantageux   qu’honorable   qui   servit   de   préface   à   ce   livre.   En   1752,   le   Roi   ayant   établi   une   académie   pour les sciences de la marine au port de Brest, dès sa création il fut honoré d’une place. En   1753,   il   est   nommé   membre   de   l’Académie   des   Sciences   de   Bologne   en   Italie.   Il   participe   à   une   expédition   astronomique, organisée   par   l’Académie,   à   Carthagène   lors   d’une   éclipse   totale   de   Soleil   le   26   août.   En   1754,   il   est   nommé   Chevalier   des Ordres de Saint-Louis.  (suite) 1 D’après H-M. de Langle et J-L.Treourret de Kerstrat dans “Les Ordres de Saint-Lazare de Jérusalem et de N-D. du Mont-Carmel au XVIIe et XVIIIe siècles.
PRIEURE DE PROVENCE ET DU COMTE DE NICE